Priests for Life -  Travel
INTERNATIONAL GATEWAY
Our Work At The
United Nations
Priests for Life Canada
Rachel's Vineyard
International Schedule
Of Retreats
Pro-Life Testimonies
From Around The World
Our International Resources and Recent Events
Links To The
International
Pro-Life Community
OTHER SECTIONS
America Will Not Reject Abortion Until America
Sees Abortion


Prayer Campaign

Join our Facebook Cause
"Pray to End Abortion"


Take Action

Social Networking

Rachel's Vineyard,
A Ministry of Priests For Life


Silent No More Awareness Campaign, A Project
of Priests For Life

Clergy Resources
SIGN UP FOR EMAIL


 

Principes de l'action pro-vie

(Principles of Pro-Life Action)

 

Au bout de pratiquement 25 années « d'avortement sur demande », le mouvement pro-vie au Canada commence à s'intensifier. La question de l'avortement englobe une grande diversité d'activités, d'organisations et de gens de tous âges et de tous les milieux. Les activités du mouvement consistent principalement à offrir des solutions à l'avortement, intervenir directement pour sauver des bébés, éduquer, faire du lobbying et apporter du soutien aux femmes qui ont subi un avortement. Les statistiques montrent qu'une vie est sauvée chaque fois que quelqu'un consacre 50 heures à n'importe quelle activité pro-vie.

Le mouvement pro-vie deviendra encore plus efficace si chacun acquiert une conscience claire des défis spécifiques que présente l'époque actuelle, et adopte les solutions appropriées sans se contenter de celles qui lui sont plus familières ou moins embarrassantes. Voici quelques considérations susceptibles de faire progresser la cause :

  1. Il est urgent de se mettre activement à recruter pour le mouvement pro-vie. Tout ce que nous faisons, y compris la prière, exige que des personnes s'y engagent. Il faut qu'on sache que chacun peut trouver sa place dans l'action pro-vie, quelles que soient ses capacités.
  2. Ceux que nous recrutons doivent être formés. Il existe des programmes de formation pour militants pro-vie qui permettent de compenser le grand nombre d'abandons parmi les militants. Cette formation donne la perspective nécessaire pour travailler efficacement et éviter le découragement.
  3. Les défenseurs de la vie ont besoin d'un plan à long terme pour mettre fin au meurtre des bébés. Il ne faudrait pas simplement se contenter de réagir, mais plutôt faire connaître nos objectifs et les poursuivre résolument et efficacement.
  4. Le mouvement a besoin d'un plus grand nombre de professionnels à plein temps pouvant apporter leur expertise dans des domaines en rapport avec le problème de l'avortement. Il faut soutenir ceux qui se sont engagés dans la cause pro-vie et prier pour eux.
  5. Il est légitime de concentrer son action sur l'avortement tout comme les Alcooliques Anonymes ont le droit de ne s'intéresser qu'aux alcooliques, ou la Société canadienne du cancer aux cancéreux. S'il est vrai que tout ce qui menace la vie humaine nous concerne, les groupes pro-vie ne devraient pas se sentir coupables de ne pas s'attaquer à tous les maux qui affligent la terre entière. En dispersant ainsi leur énergie, ils manqueraient de prudence et de sens pratique et finiraient par ne pas faire grand chose dans aucun domaine. Nous devons avoir pour seul objectif de mettre fin aux avortements et nous n'avons pas à nous en excuser.
  6. Il est important de comprendre qu'un nombre croissant de ceux qui appuient l'avortement admettent qu'il s'agit bien du meurtre d'un bébé, mais ils ajoutent : « Oui, et alors ? Il reste que c'est toujours la femme qui devrait avoir le choix. » Le problème est ici ce que nous appelons le « relativisme ». Les gens croient qu'ils peuvent décider eux-mêmes du bien et du mal. Ils pensent que la valeur d'une personne est fonction de la valeur qu'ils veulent accorder à cette personne.
  7. L'avortement est un mal pour tout le monde et pas uniquement pour les chrétiens. Les défenseurs de la vie doivent apprendre à présenter leur message sous un angle à la fois religieux et séculier, en utilisant des arguments que des personnes non religieuses peuvent admettre. Sinon, leurs adversaires pourraient considérer la position pro-vie exclusivement comme une « croyance religieuse » et estimer qu'ils n'y sont pas tenus en raison de la « liberté religieuse ». Le fait est que l'avortement ne relève pas plus de la « liberté religieuse » que le vol.
  1. Amener le public à une solide position pro-vie ne consiste pas uniquement à faire en sorte que les gens deviennent « pro-vie », c'est-à-dire qu'ils se disent opposés à l'avortement. Il faut les amener au point où ils acceptent de persuader les autres de ne pas demander un avortement. En fait, la plupart des Canadiens sont déjà opposés à l'avortement. Mais on continue de pratiquer des avortements parce que la plupart des gens disent ne pas vouloir « imposer leur moralité aux autres ». Ce n'est pas simplement une question de moralité, mais de justice. La justice exige non seulement la rectitude de la pensée, mais également la protection de la victime !
  2. L'avortement est un phénomène qui a lieu dans votre localité. Nous devons naturellement continuer à envoyer des pétitions au gouvernement, mais ce n'est pas dans les salons du Parlement qu'on pratique des avortements. Ils ont lieu dans votre quartier. Nous devons veiller à ce que notre action à Ottawa ne nous fasse pas oublier notre communauté locale. Les pro-vie doivent apporter une réponse locale à l'avortement en cherchant à savoir où les meurtres sont commis et par qui, en organisant chaque fois que cela est possible des protestations devant les usines d'avortement et les hôpitaux, et en fournissant concrètement de l'aide aux femmes de leur communauté qui sont dans le besoin.
  3. L'avortement repose sur un double mensonge :

a) le « fœtus » n'est pas un être humain au même titre que nous; et,

b) l'avortement rend service aux femmes.

Nous devons continuer à combattre le premier mensonge, mais nous devons aussi apporter plus d'attention au second. L'avortement blesse les femmes physiquement et psychologiquement, et des faits de plus en plus nombreux viennent en apporter la preuve. Nous devons répandre cette vérité. Bien des femmes ont maintenant le cœur endurci quand il s'agit de l'enfant, mais elles s'intéressent encore à leur propre bien-être.

En montrant que le défenseur de la vie est en fait un défenseur de la femme, nous faisons échec aux arguments des partisans de l'avortement qui se disent les défenseurs des « droits des femmes ». Le véritable souci du bien-être de la femme exige que l'on soit pro-vie.

Le message pro-vie ne consiste pas à dire : « Aimez l'enfant et ne vous souciez pas de la femme. » Tout comme on ne saurait admettre le message pro-avortement : « Aimez la femme en tuant l'enfant. » La seule position saine et raisonnable est celle de l'authentique message pro-vie : « Pourquoi ne pas aimer les deux? »

Priests for Life
PO Box 141172 • Staten Island, NY 10314
Tel. 888-735-3448, (718) 980-4400 • Fax 718-980-6515
mail@priestsforlife.org